Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 10:19

Hier soir, je me faisais cette longue réflexion : qui n'a passées des soirées entières entre amis, assis confortablement à la table de son jardin ou de son salon, verre de vin à la main , se plaisant tous à "refaire le monde"? Nous aimons exposer les absurdités de la société, ses problèmes et ses enjeux, et nous prenons un malin plaisir à en repenser les fondations et à restructurer tout ce qui "ne va pas". Ce faisant, lorsque nous nous penchons sur les raisons d'être d'un tel état de choses, la majorité d'entre nous en arrive rapidement à la conclusion que nos sommes victimes de nos dirigeants car ceux-ci nous manipulent, nous contrôlent, nous conditionnent par les médias et ne font de nous qu'une main-d'œuvre bon marché sur leur échiquier économique. Nous ne nous gênons pas non plus pour clamer haut et fort que les religions de ce monde nous ont manipulés depuis la nuit des temps et que le système monétaire nous a corrompu l'esprit et a fait de nous d'avares matérialistes.

Certes, tout cela est vrai et lorsque nous en prenons réellement conscience, notre réaction est unanime et sans équivoque : nous voulons refaire le monde.

Puisqu'il est malade, nous voulons le guérir en éradiquant pauvreté et maladie, et puisqu'il est en désordre, nous désirons sincèrement le replacer adéquatement en mettant fin aux guerres et à l'avarice. C'est ainsi que, confortablement assis dans le salon de notre résidence, nous remettons tout le système social en cause : chaque élaboration de sa constitution et chaque principe de sa fondation sont, selon nous, à revoir entièrement. Et si nous étions les élus et acteurs de ce système, s'ensuivraient discussions, réflexions, comités de sélection, votes et nouvelles lois, politiques et règlements plus "justes".

Mais à bien y penser, puisque la dynamique de base demeurerait la même, il est fort à parier que rien ne changerait réellement. Il est simple de refaire ainsi le monde, dans le confort même de celui-ci, dénonçant hypocritement son caractère matérialiste alors que nous sommes entourés de biens superflus, nous indignant devant sa mentalité perverse alors que nous jugeons sévèrement chacun de ses participants.

Mais nous ne nous demandons pratiquement jamais s'il ne serait pas possible qu'une société, quelle qu'elle soit, ne soit pas réellement à l'image de ses constituants de base, c'est-à-dire des êtres qui la forment. Il nous arrive rarement de nous rendre compte que la société dans laquelle nous vivons n'est qu'un reflet, un miroir, et que l'image qu'elle nous renvoie n'est en réalité que notre propre image. En effet, comment une société, aussi malsaine et pernicieuse soit-elle, pourrait-elle être ainsi si chacun de nous, intérieurement (et habituellement sans se l'avouer) n'étions pas ainsi ? Et si toutes les faiblesses et perversions de la société actuelle n'étaient autres que le reflet, à plus grande échelle, de nos propres états d'âme, de notre propre façon d'être, de penser et d'agir ?

Il n'est certes pas agréable de nous imaginer aussi "dysfonctionnel" que le système égocentrique qui nous entoure, mais il faut nous rendre à l'évidence : si nous y vivons, si nous y participons, c'est que nous l'acceptons, d'une façon ou d'une autre, et l'alimentons de surcroît. Sans quoi, nous n'en ferions pas (ou plus) partie.

Il va donc sans dire que chacun de nous qui accepte de vivre selon les normes établies, qui accepte que "ce soit ainsi", continue alors, jour après jour à signer ce contrat social de ce système et accepte ainsi la phrase inscrite au bas de celui-ci en caractères minuscules (phrase dont nous n'avons pas connaissance puisque nous prenons rarement le temps de la lire et d'y réfléchir).

La société est donc ainsi faite. Qu'on le veuille ou non, elle est constituée de gens endormis et inconscients : d'êtres indifférents à la sentence commune. Elle se compose d'esclaves qui se croient souverains tant et aussi longtemps qu'ils ne perdent pas trop au jeu qu'on leur impose. En somme, elle est faite d'êtres faibles qui refusent de prendre leurs responsabilités et préfèrent qu'on les dirige. Puisque nous refusons obstinément de prendre notre pouvoir personnel en main et d'ainsi diriger nos vies comme nous l'entendons, sans "pouvoir officiel" pour nous mener vers le "droit chemin", nous n'utilisons ni ne cultivons notre habileté à penser par nous-mêmes, mais préférons grandement accepter nonchalamment les consensus et les prêts-à-penser dans le confort et l'indifférence.

Et voilà que lorsque nous nous affairons à "changer le monde", c'est dans le confort que celui-ci nous apporte et c'est surtout à défaut d'entreprendre la difficile tâche de se remettre soi-même en cause. En effet, il est beaucoup plus facile de pointer du doigt les rouages inadéquats du système en place que de reconnaître les faiblesses en soi. Et le tout selon la fausse rhétorique  que si le système change notre vie changera. Mais notre façon d'être, dans l'état actuel des choses, continuera d'exiger un système qui nous prenne en charge, prenne soin de nous et aille même jusqu'à penser pour nous. Et c'est ainsi qu'à coups de réunions, de décrets de lois et de signatures de contrats qui détermineront qui s'occupera de quoi que rien n'aura réellement changé, puisque nous désirons toujours que quelqu'un d'autre prenne la responsabilité à notre place.

Si le système est ainsi fait, c'est que nous sommes ainsi, tout simplement.

 

Vers un changement de soi ?

 

Il faut donc se rendre à l'évidence : ce que nous devons changer, c'est nous-mêmes, car c'est la seule chose que nous pouvons changer. C'est seulement en refusant notre dynamique interne que nous pouvons y parvenir car c'est uniquement en réalisant que le système présent utilise nos faiblesses pour réussir à être ce qu'il est, et qu'il est indispensable de nous défaire de celles-ci plutôt que du système lui-même.

Mais ce n'est pas facile de laisser tomber ce que nous avons trop longtemps considéré comme "soi-même", notre personnalité, notre "identité", c'est-à-dire nos habitudes physiques, mentales et émotionnelles, notre confort et nos conceptions habituelles du monde. Tout cela n'est pas une mince tâche : tenter de modifier ne serait-ce que la plus petite de nos habitudes, de façon substantielle, semble parfois relever de l'impossible et s'avère normalement d'une difficulté déconcertante.

Mais comme si cela n'était pas déjà assez ardu, s'ajoute à cette difficulté initiale un autre élément de taille, celui de connaître réellement ce qu'est soi-même. Cela peut sembler sorti tout droit d'un biscuit de fortune existentialiste, mais nous définissons notre "soi-même" trop souvent et à tort comme étant l'ensemble de nos habitudes. Ne serions-nous en réalité que cela ? Et si nous modifiions fondamentalement une ou plusieurs de nos habitudes (car nous le pouvons), cesserions-nous d'être nous-mêmes ? Lorsque nous fermons les yeux et tentons de trouver cet espace intérieur, savons-nous réellement ce que nous sommes ? Nous arrive-t-il de nous rendre compte que cet espace intérieur est indépendant de nos habitudes ?

Si nous ne nous connaissons pas réellement, ou  pire, croyons à tort nous connaître en fonction de nos habitudes, comment pouvons-nous réellement espérer changer la plus petite parcelle de ce monde en ne sachant même pas nous définir nous-mêmes et encore moins changer ce nous-mêmes d'un iota ?

Et c'est ainsi qu'un verre de vin à la main dans notre maison ou dans notre appartement, nous nous vautrons dans cette gymnastique intellectuelle qui vise à exprimer notre ressentiment face à ce qui nous entoure sans même nous rendre compte que chacun de nous crée cette société dans laquelle nous vivons, et ce, au même titre que chaque arbre participe à la création de la forêt dont il fait partie. Nous disons souvent que c'est "l'arbre qui cache la forêt", mais dans ce cas-ci, c'est la forêt qui devient un prétexte pour l'arbre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucha-Marie-PauleF Lucha - dans Société-Politique
commenter cet article

commentaires

Clovis Simard,phD 04/12/2012 00:44


L'Histoire se répète indéfiniment.


 


Il est accordé à l'homme de réduire les contradictions;
d'unifier en un tout les parties morcelées d'un univers inachevé.


La transformation de l'univers est assurée par une lutte
constante contre la nature.


Par une vie contemplative, l'homme émerge et vainc la
naturité dans une aventure aux dimensions universelle, sur l'anneau minimale du temps(Dan 7,25 et Ps 80,6) dont l'expression mathématique est la suivante:


 


 


 


√(3*Π*√2)


 


 


Dr Clovis Simard,phD

Lucha 09/12/2012 14:47


Merci de votre visite. je suis étonnée de vouvoir ou de ne pas vouloir refaire le monde par une expression mathématique.


Laurein 22/09/2010 20:16



Tu me rassures !



Laurein 21/09/2010 20:21



Bien, si j'ai bien compris cela depend de la maturite de l'esprit. J'espère que ce n'est pas qu'une question d'age. Alors il va falloir bcp d'effort, du moins dans mon cas.



Lucha 21/09/2010 21:26



La sagesse n'attend pas le nombre des années.



Tatiana de METZ-ROGOFF 17/09/2010 09:13



Ah mon amie ! Tu as formulé ma pensée ! Si nous étions plus nombreux à philosopher comme toi ! Bravo ! Cependant j'ajouterais à ton constat qu'il est quand même possible, à petite échelle, avec
ses enfants ou au sein d'une commune ou d'une association de parents d'élèves par exemple de modifier les modes de pensées. En tous cas c'est personnellemnt ce qui me permet de ne pas désespérer
complètement ! Mille bisous.



Lucha 17/09/2010 09:54



Ta remarque est tout à fait juste Tatiana. Par le dialogue savoir expliquer avec des mots simples, la diffusion de notre message dans le respect de ceux que nous critiquons sur internet (ça ils
ne peuvent pas nous l'empêcher) nous réussirons à faire évoluer l'esprit des gens et à faire changer cette mondialisation néolibéral. PS : Je t'appelle ce soir. Je pense à toi, bises



Laurein 16/09/2010 16:56



Votre réflexion est fort juste. Mais n'êtes vous pas un peu sévère ? Je fais partie des moins de 35 ans, depuis notre naissance nous sommes assommés par la télévision, et
puis le quotidien et les incertitudes de l'emploi et du chomage qui prennent un maximum de temps sur le mental. Pas facile de conjuguer tout ça avec la connaissance réelle de soi et les
manigances de la mondialisation.



Lucha 16/09/2010 21:04



Je sais pas facile mais il faut prendre le temps, moi m^me cela m'a nécéssité de faire un long cheminement vers la connaissance de soi et une remise en question de moi qui est
encore d'actualité.



Présentation

  • : Le monde de Lucha
  • Le monde de Lucha
  • : réagir à l'avenir de notre société et de la planète en parlant de politique,de société, d'environnement et de causes animales.
  • Contact

  • Marie-Paule F
  • Je tiens aux valeurs de la Démocratie et à la liberté d'expression. Lanceuse d'alerte contre l'injustice et contre la bêtise je milite, non pour un parti politique, mais dans diverses associations de défense des droits des animaux, des enfants et des Hommes.Je suis une agitatrice de conscience

S'informer autrement

>ActuAnimaux clic gratuit sauver des animaux

 

>Actu Chômage le pôle emploi en apnée 

 

>Animal Liberation Front cessons l'exploitation animale

 

>Admistia presse indépendante corse

 

>AMAP fruits et légumes de saison de l'agriculture paysanne naturelle

 

>Amis de la Terre protéger l'homme et l'environnement 

 

>AntidoteEurope recherche biomédical sans test sur animaux

 

>Attac France un autre monde est possible

 

>Avaaz le monde en action pour les sans voix

 

>Casseurs de pub contre le diktat de la publicité

 

>Comité Anti Vivisection pour une science éthique et efficace 

 

>Comité de recherche et d'information indépendante du génie génétique

 

>Contre Grenelle de l'environnement dévoiler la mascarade des éco tartuffes

 

>Contre Grenelle 2 non au capitalisme vert

 

>Contre Grenelle 3 décroissance ou barbarie

 

>Dette publique notre argent pour le profit des banques

 

>Fédération de Lutte Anti Corridas

 

 >Human Rights Action  inscrire la DUDH dans les passeports des pays du monde

 

>InstitutEtudesEconomiqueSociales pour la Décroissance Soutenable

 

>Le mégalondon site qui dénonce les requins du sida

 

>L214 éthique et animaux 

 

>911NWO.INFO observatoire du nouvel ordre mondial

 

>Ni pauvre ni soumis un revenu décent pour les handicapés

 

>Observatoire des inégalités organisme indépendant 

 

>Observatoire indépendant de la publicité

 

>Reopen911.info/

 

>Rue89

 

>Sortir du nucléaire 

 

>Survival France le mouvement pour les peuples premiers 

   

>Survivre au sida la parole libre aux séropositifs 

 

>U Levante pour l'environnement corse 

 

>Viande Info

 

>Worldometers l'état du monde en directe

Rechercher

Sous Le Coude